Cabinet de Fumisterie Appliquée


Biographie

Duo formé d’Elsa Ferry et de l’artiste d’origine russe Anastasia Bolchakova, toutes deux basées en France, le Cabinet de Fumisterie Appliquée (CFA) aborde les questions touchant notre avenir, au travers d’anticipations scientifiques et de scénarios catastrophes inspirés de l’actualité. Présentés en France, en Europe et au Québec, leurs projets, notamment l’édition « Manger en 2050 » et « Horizon 2050 », dont est tiré « Banquet », explorent le potentiel plastique, tragicomique et anxiogène de la prospective d’un avenir rapproché.

Démarche de l’artiste

« Horizon 2050 – Le Banquet » s’inscrit dans un projet artistique multiformat, incarnant une représentation du futur autour d’un portrait-robot des pratiques alimentaires de la seconde moitié du XXIe siècle.

L’ensemble s’inspire de l’ouvrage « Manger en 2050 » de Jean-Roger Helmin, journaliste d’investigation de la seconde moitié du XXIè siècle, édité par les artistes et compilant hypothèses et données scientifiques ainsi que des anticipations futuro-fumistes. Illustrant la réduction drastique des modes d’accès à l’alimentation, « Horizon 2050 » se déploie en un BIG BANG SELF et en Unités de distribution alimentaire gouvernementales (UDAG) destinés aux populations, de même qu’en un Laboratoire de la commission internationale du commerce étoilé (CICE) veillant à nourrir les élites. »Illustrant la réduction drastique des modes d’accès à l’alimentation, « Horizon 2050 » se déploie en un BIG BANG SELF et en Unités de distribution alimentaire gouvernementales (UDAG) destinés aux populations, de même qu’en un Laboratoire de la commission internationale du commerce étoilé (CICE) veillant à nourrir les élites.

Destiné à ces dernières, « Banquet » témoigne d’une consommation d’insectes ou de vers, activant des pratiques ancestrales, des aliments de synthèse produits en laboratoire et des spéculations futuro-fumistes (viande de soi et viande d’élites). Dans un contexte de gouvernance mondiale marqué par une croissance exponentielle des disparités, il atteste également d’un accès privilégié à une gamme de ressources diversifiées, plus saines, plus raffinées que celles dont bénéficie l’ensemble de la population.

Cette dystopie combine des pratiques alimentaires ancestrales (consommation de vers et insectes), des recherches actuelles sur les pratiques alimentaires d’avenir (viande de laboratoire) et des spéculations futuro-fumistes (viande de soi et viande d’élites).

Activités et œuvres de l'artiste

Horizon 2050 – Le Banquet