Thierry du Bois

Montréal, Canada ____http://www.thierrydubois.be/

Biographie

Né en Belgique, en 1984, Thierry du Bois obtient un diplôme en communication visuelle à l’ERG. À la sortie des études, il se lance comme photographe indépendant pour des journaux belges et des sociétés. Il se spécialise dans la photo politique et sociale. Il couvre des événements « socioéconomiques », comme les grandes grèves, la crise gouvernementale belge des 541 jours et des crises humanitaires.

En 2015 c’est une nouvelle vie qui s’offre à lui. Par amour d’une Québécoise, il recommence une carrière à Montréal et a l’opportunité de travailler pour différentes agences et sociétés canadiennes.

En parallèle, Thierry du Bois développe ses projets artistiques. En 2016 il obtient la mention honorable par le MIFA (Moscow International Foto Awards) pour son travail Projet Y, qui sera exposé lors de la Nuit Blanche de Montréal et publié par IGNANT. En 2017, la série #A_Dieu_Soleil est exposée lors de l’évènement Timeraiser150 de Montréal.

Démarche de l’artiste

Au cœur de ses projets, Thierry du Bois tente d’établir une ressemblance formelle universelle, en combinant photographie plasticienne et documentaire. Il crée une proximité, des liens entre des éléments opposés à première vue, en les confrontant dans un même contexte. De par cette nouvelle identité de circonstance, il crée ainsi une réalité alternative.

Grâce à l’absence d’échelle et au mélange du vivant et de l’artificiel, il pousse le spectateur à se renseigner sur l’origine de l’objet. Ses objets du quotidien l’interpellent, il voit en eux une autre nature. Utilisant un cadrage qui a pour but de sublimer certaines formes, cet effet est aussi et surtout accentué grâce à la lumière. Elle lui permet de gommer ou de renforcer certaines parties créant ainsi une autre réalité, donnant une autre essence à l’objet. Ce processus veut nourrir une réflexion sur l’évolution des matières et leur transformation.

Photographiant des montres de technologie, jouant sur l’unité d’une forme universelle, sublimant des objets venus d’une autre contrée, travaillant avec des matériaux simples pour créer une autre réalité, il invite chacun à s’interroger sur l’impact de la production humaine et des nouvelles technologies sur l’environnement. La nature a-t-elle encore le temps d’assimiler la surproductivité ? Qui de la Terre ou l’Homme survivra le mieux à l’autre ?

Activités auxquelles l'artiste a participé

over-view