Myriam Simard-Parent

Montréal, Canada ____https://myriamsimardparent.com/

Biographie

Myriam Simard-Parent est née à Montréal et a grandi dans la ville de Québec. Elle a complété un DEC préuniversitaire en Arts visuels et Médiatiques au Cégep de Sainte-Foy. Par la suite, elle déménagera à Montréal pour continuer ses études et faire son baccalauréat également en Arts Visuels et Médiatiques à L’UQAM.

Elle a présenté ses sculptures et ses dessins dans plusieurs expositions collectives telles qu’à l’exposition Paramètre à la Salle d’exposition George-Émile Lapalme de la Place des Arts, à la galerie GHAM & DAFE, à la Galerie POPOP, ainsi qu’à la Galerie de L’UQAM. Elle a également été récipiendaire de la bourse Prix des professeurs Thomas Corriveau et Mario Côté de l’école des Arts Visuels et Médiatiques de l’Université du Québec à Montréal.

Démarche de l’artiste

« Ma démarche se matérialise par la sculpture, la performance et le dessin. Je réfléchis les critères d’un bon vivre-ensemble à travers une recherche formelle, l’expérience du corps et la relation à l’autre. J’ai le désir de créer des rencontres entre différentes façons de travailler la matière, les matériaux et les formes. Je tente de faire des liens entre des caractéristiques où des états qui sont opposés tels que possibilité et restriction, fait main, et usinage, organique et industriel, intérieur et extérieur, plein et vide, stabilité et précarité, etc. Ces derniers sont mis ensemble afin que leurs possibilités et leurs limites coexistent et deviennent compatibles. Tout se passe dans l’idée de créer des rencontres improbables et ambiguës. Les thèmes du partage, de la coexistence et de l’égalité sont au centre de mon travail.

Je m’intéresse à la fonction thérapeutique de l’œuvre d’art et comment peut-elle rendre compte, à sa manière, de principes abstraits et complexes. Je suis inspirée par la phénoménologie aux possibilités de l’œuvre à générer des contextes physiques et émotifs particuliers. Mes sculptures vont souvent suggérer une implication physique du spectateur ou de moi-même, par la participation, l’activation, l’objet-relationnel, l’objet performatif, etc. Le corps, autant réel que figuré, se retrouve souvent dans des situations particulières où protection et vulnérabilité se confondent. Je désire faire des œuvres où une harmonie s’en dégage et créer par le fait même, un état méditatif lorsqu’on les regarde, les expérimente. La façon dont je travaille la matière est également guidée par l’expérience empirique et méditative. Je travaille par la répétition de mouvements ou d’actions, l’intuition, les capacités de mon corps. Même le travail avec les machines, par exemple la soudeuse ou le tour à bois, est fait dans un objectif de se concentrer sur une action et d’atteindre un état singulier.

Les thèmes de la nature et de l’espace, comme le fonctionnement des écosystèmes ou la théorie des cordes, alimentent mon travail. Ils sont pour moi une source d’inspiration autant formelle que théorique pour réfléchir comment les choses sont interdépendantes les unes des autres. L’esprit ludique est également très présent, j’utilise l’amusement dans mes œuvres pour ses possibilités explicatives et pour sa charge spirituelle et poétique. Je perçois le jeu comme un outil pour réfléchir le partage, la communication et l’égalité. »

Crédit photo : Andy Maple

Événements

Artch 2019