Douglas Mackay

Montréal, Canada

Biographie

Basé à Montréal (Québec), la pratique de travail du bois de Douglas Mackay est axée sur les arbres locaux, l’artisanat précis et une sensibilité au bois comme matière. Douglas emploie les formes trouvées dans le grain du bois – la couleur, les motifs et la texture – pour révéler la beauté intérieure de l’arbre et ainsi raconter l’histoire de sa croissance dans la nature.

Depuis 2015, Douglas dirige sa propre entreprise de travail du bois spécialisée en travail à façon, en propositions et dans la restauration de détails architecturaux historiques. Il a participé à des expositions de meubles en Californie du Nord ainsi qu’à Montréal, et a effectué des projets dans des bâtiments classés parmi les plus anciens au Canada, dont des lieux historiques nationaux, des musées publics et des résidences privées. En 2014, après avoir étudié en conservation du patrimoine à Willowbank en Ontario, et en histoire à l’Université Concordia à Montréal, Douglas a terminé le programme en ébénisterie fine au College of the Redwoods en Californie. Il est reconnu en tant qu’artisan professionnel par le Conseil des métiers d’art du Québec, et donnera des cours en ébénisterie, offerts au public, à partir du début de septembre 2018 à l’École d’ébénisterie d’art de Montréal.

Démarche de l’artiste

Dans ma pratique de travail du bois, j’utilise des outils et des techniques traditionnels dans une approche soucieuse de l’environnement et de l’effet thérapeutique des matières locales. Je me fie aux différents couleurs, motifs et textures des essences de bois locales afin de refléter un portrait de la vie intérieure d’un arbre. D’après les recherches scientifiques, un morceau de bois a des bénéfices mesurables sur la santé. Il peut notamment contribuer à baisser la fréquence cardiaque et la pression sanguine, en plus de réduire le stress et l’angoisse. Je me réjouis de ces trouvailles et les mets au défi par une manifestation de motifs visuels dans le bois.

Ma démarche actuelle est basée sur l’esthétique et la philosophie orientales. Elle est également influencée par les tableaux expressionnistes abstraits et minimalistes, afin d’évoquer la présence et la paix de la contemplation intérieure. Je m’intéresse à un processus soustractif, entre la peinture et la sculpture, qui dévoile et crée des arrangements répétitifs de couches visuelles prises de l’intérieur d’un arbre. Ces images mettent en valeur des moments de paix et de vulnérabilité dans la croissance d’un arbre : le passage du temps est évoqué par les cernes annuels, les nœuds et d’autres signes de résistance et de persévérance. Par le biais de gestes graphiques, je souligne la tension entre la permanence de nos propres cicatrices émotionnelles et la nature changeante de la perte et de la mémoire au fil du temps. Je m’intéresse au sérieux de la perte et aux sentiments qui s’y rattachent, ainsi qu’à l’(im)possibilité de reproduire le passé. Il s’agit d’œuvres créées en séries, dont chaque élément est singulaire et positionné afin d’évoquer un ensemble qui transmet la beauté de la diversité relationnelle et de l’interdépendance. Ma démarche s’inspire de la perte de mon père lorsque j’étais jeune, et par l’espoir que nos limitations puissent nous libérer.

Événements

Artch 2018