Philippe-Aubert Gauthier & Tanya St-Pierre


Biographie

 

Tanya St-Pierre est diplômée en arts visuels de l’Université du Québec à Trois-Rivières (Canada). Philippe-Aubert Gauthier est un artiste sonore autodidacte, docteur en acoustique (Université de Sherbrooke) et professeur à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM. Ils vivent et travaillent à Montréal. Ayant chacun une pratique solo, ils combinent également leurs spécialisations pour la réalisation d’installations visuelles et sonores. Leur collaboration a débuté en 2000 et ils ont commencé à faire de l’art performance sous le nom de Noïzefer CWU en 2004. Leurs œuvres ont été soutenues par le CALQ (Conseil des arts et des lettres du Québec) et le CAC (Conseil des arts du Canada), et ont été présentées au Canada, aux États-Unis, au Maroc, au Mexique, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France. Avec une préoccupation récurrente pour le son, leur pratique s’intéresse notamment à l’histoire des développements technologiques et à l’archéologie des médias. En plus du son, leur travail en duo explore tout autant la photographie et l’image de synthèse que les techniques d’impression ou la vidéo.

À propos de l'oeuvre

INTERTYPES (2019), Tanya St-Pierre et Philippe-Aubert Gauthier

Vidéo, animation 3D, 13 min.

La vidéo INTERTYPES est issue d’une réflexion sur la signification culturelle de l’impression 3D et de son empreinte sociale dans l’histoire des technologies de l’impression. L’œuvre – provenant d’un corpus d’installation plus vaste – explore la manière dont les innovations et accidents du passé influencent les cultures de nos technologies émergentes sous l’angle de l’archéologie des médias, c’est-à-dire de la lisibilité d’un fil conducteur à travers nos artefacts contemporains. Intertypes, entre les types et les périodes, se trouve toujours un chemin continu ponctué d’ancrages historiques : une machine Canon VarioPrint i300 industrielle émerge d’une flaque de résine liquide, telle la matérialisation d’une impression 3D ; de la lumière traverse le disque circulaire d’une imprimante Lumitype-Photon, machine iconique commercialisée en 1956 qui déplaça la composition typographique vers la photocomposition ; des nuages de fumées et de poudres, évoquentant le noir de fumée, base historique de l’encre noire et de l’impression. M —mélangeant ainsi les époques, les histoires, les lumières, les encres et les résines.

La narration suggère une forme de science-fiction dont la temporalité ralentie fonctionne comme une lentille détaillant un pan de l’Histoire : celui des connaissances, des développements technologiques et de la notion de progrès, qui trouvent leur ancrage à travers les indices matériels de la reproductibilité technique. La relation au temps en est une de projection et de vision vers l’avenir qui conserve un regard sur le passé.