Fanny Dubois


Biographie

Fanny Dubois est une artiste multidisciplinaire qui vit et travaille dans la province de Québec. Son travail combine la sculpture, l’installation, la performance, le dessin et la photographie.

Graduée de l’université Concordia en Fibres and Material Practices en 2019, elle détient également un baccalauréat de l’UQAM. Elle enseigne le cours Textile Printing and Dyeing à l’université Concordia. Sa première exposition solo a été présentée à la galerie Popop à Montréal. Son travail à été diffusé à Montréal et à Paris. Dubois prend part activement à Art Cible en tant que rédactrice promotionnelle et membre du comité de sélection.

Le travail de Dubois parle de l’indépendance biologique et sociale de son propre corps. Son refus viscérale et politique de faire usage de son pouvoir de reproduction est au cœur de sa pratique artistique.

À propos de l'oeuvre

Extra-Utérin

Dubois a minutieusement étudié la question de l’avortement et de la reproduction à travers l’histoire. Elle est captivée par le débat actuel sur l’éthique et les politiques entourant les robots humanoïdes. Son travail pose la question suivante : Est-ce que la reproduction de l’humain, à travers la conception de robots, va nous permettre d’accéder à plus de liberté et de contrôle sur la machine que nous sommes ?

Extra-Utérin consiste en une performance dans laquelle l’artiste déplace et active de plusieurs fonctions low-tech des utérus téléguidés. Son œuvre est une nouvelle façon de donner liberté à cet organe interne. Avec humour, Extra-Utérin remet en question les dogmes d’identité de genre, tout en réaffirmant l’espoir qu’entretient l’artiste quant au libre usage de son propre corps.

Moterus 2999, L’incubateur des larves (2019-2020)

Le projet Moterus 2999 comprend un utérus fonctionnant à partir d’un moteur à gaz qui activé par un moteur électrique muni d’une transmission. Cet utérus ne sert pas à reproduire un humain mais plutôt à définir l’artiste qui l’a produit : c’est un outil qui lui permet de reconstruire sa propre identité. En lui, les matériaux associés à la culture masculine confrontent l’utérus, symbole ultime de la féminité.

Ici, le cube n’est pas habité par l’utérus principal, mais présente plutôt les autres composantes du projet Moterus 2999 : il s’agit de 28 “larves” (bébés utérus) autonomes, toutes composées de pièces de voitures désuètes, de jouets et de matières textiles. Certaines comprennent des petits appareils électriques, comme des lumières, des vibrateurs, des moteurs rotatifs, un amplificateur ou des sonneries. Les larves sont présentées dans des boîtes de plexiglass de 1’x1’x1’. Le grand cube se transforme ainsi en un incubateur géant où frétillent et clignotent les petites larves.

En autonomisant cet organe interne qu’est l’utérus, l’artiste questionne le degré de contrôle que nous avons sur nos corps et reflète la précarité de la reproduction artificielle. Elle intervient tous les 28 jours, au rythme d’un cycle menstruel, afin de remplacer les batteries et voir au bon fonctionnement des mécanismes. Ces moments sont une occasion pour l’artiste de discuter de l’œuvre avec les amateurs d’art et les curieux.

Horaire des visites

CENTRE DE COMMERCE MONDIAL DE MONTRÉAL (ALLIED)
747 Rue du Square-Victoria
Local 145
Mercredi 12h00-18h00

Photo : Camille Dubuc